l\'As de Bique

l\'As de Bique

la mamelle



La mamelle:

Une mamelle est une partie charnue, chez les mammifères  femelles, qui contient les glandes mammaires sécrétrices du lait. On peut également nommer cette partie le pis.



Les glandes mammaires sont, embryologiquement, des glandes sudoripares modifiées. Chaque glande comprend de 15 à 20 lobes séparés par du tissu adipeux, dont la quantité détermine le volume des mamelles.

Le volume de la mamelles ne conditionne en rien le volume de la lactation.




Bien connaître l'anatomie de la mamelle et comment le lait est sécrété permet de mieux comprendre
ce qui se passe et donc de mieux agir sur la qualité du lait.

La glande mammaire est formée d'une multitude d'alvéoles sécrétrices, alvéoles qui sont tapissées de
cellules sécrétrices du lait que l'on appelle "les lactocytes".
Ces alvéoles forment des lobules qui exportent le lait produit par des canaux, les canaux
galactophores, dans la citerne de la mamelle.
Le lait sort de la citerne (qui se remplit et donc grossit lors de la sécrétion du lait) dans le trayon avec
à ce niveau un repli en forme d'anneau (repli annulaire) qui est très irrigué par des vaisseaux sanguins
et très sensible aux blessures que pourrait provoquer un manchon de la machine à traire :
inflammation possible d'origine mécanique.
Le trayon, qui est la chambre d'entrée des microbes, est protégé à son extrémité par un sphincter. Ce
sphincter est beaucoup plus étroit chez la chèvre que chez la vache, et est tapissé de kératine
protectrice, qu'il faut respecter en évitant les surtraites et les trop fortes dépressions.
Au moment de la traite, 70 % du lait se trouve déjà dans la citerne, qu'il suffit de vider, et seulement
30 % du lait alvéolaire sera sécrété pendant la traite.


Le lait provient :
- de la sécrétion des cellules sécrétrices, les lactocytes, par synthèse à partir d'éléments contenus
dans le sang de la chèvre. La synthèse des lactocytes qui est sécrétée donne : le lactose, les
graisses, les caséines, les lactoglobulines et les lactalbumines. Ce sont les éléments les plus
intéressants du lait,
- de la filtration directe à travers la paroi de l'alvéole, à partir des vaisseaux sanguins qui entourent
l'alvéoles. Les éléments du lait filtrés directement sont les immunoglobulines, les vitamines, les
séralbumines, les sels minéraux et l'eau.
Des petites cellules contractiles spéciales se contractent sous l'effet d'une hormone pour éjecter le lait
des canaux galactophores.
Lorsque des microbes attaquent une alvéole, il y a destruction de lactocytes et donc la sécrétion
diminue (moins de lait, de caséines, de matière grasse). Par contre, à cause de l'inflammation, les
vaisseaux sanguins deviennent plus perméables et le passage direct par filtration des protéines
solubles augmente, ainsi que celui du sel et des immunoglobulines.

Spécificité de la chèvre :
La sécrétion se fait aussi par décapitation du haut des cellules sécrétrices, les lactocytes,
contrairement à ce qui se passe chez la vache. On parle de sécrétion apocrine. Ces
morceaux de cellules sans noyaux sont des débris cellulaires, non comptabilisés lors des
numérations cellulaires par les méthodes d'analyse utilisées en France.
 
Les cellules du lait:
Les cellules que l'on rencontre dans le lait (on parle parfois de cellules somatiques) et qui sont
comptées par les appareils, sont de deux types :
- Les cellules mammaires : elles sont présentes dans toutes les mamelles et proviennent du
renouvellement normal de la mamelle. Ce seront des lactocytes ou des cellules des canaux
galactophores.
- Les cellules d'origine sanguine : que l'on peut regrouper dans la grande catégorie des
globules blancs. Ces cellules (il en existe plusieurs types avec des rôles plus ou moins
spécifiques) sont responsables de la digestion des débris cellulaires lors de la sécrétion du lait
chez la chèvre, mais aussi de la production d'anticorps ou de la digestion des bactéries lorsqu'il y
en a.
On retrouve nécessairement des globules blancs dans une mamelle saine. Leur nombre, -et plus
précisément celui d'un type particulier de ces cellules, les polynucléaires-, augmente fortement
lorsqu'il y a une inflammation de la mamelle, c'est-à-dire une infection par les microbes.

En résumé:
- le lait qui sort d'une mamelle saine ne contient pas de microbes, et contient des cellules : environ
35 % de cellules mammaires et 65 % de globules blancs,
- le lait qui sort d'un mamelle infectée voit le nombre de globules blancs augmenter fortement, et
notamment des polynucléaires qui, pour lutter contre l'agression microbienne, la mammite,
peuvent voir leur taux atteindre 80 % des cellules du lait.

lien


20/04/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres