l\'As de Bique

l\'As de Bique

les besoins de la chèvre


Les besoins de la chèvre:

Le bien-être et la productivité de la chèvre dépendent dans une large mesure d’une alimentation conforme à ses besoins.

L'ingestion d'une chèvre est influencée tout d'abord par son poids et
sa productivité, mais aussi par la composition
et la qualité de la ration de même que par la technique d'affouragement.

L'ingestion peut être estimée au moyen de la formule suivante:

kg PV
ingestion de MS en kg/jour = 0.9 + + 0.27 x kg de lait
100

(MS: matière sèche; PV: poids vif)

Au cours des deux premiers mois de lactation, l'ingestion estimée doit être réduite d'environ  10 %.
Au cours des 4 dernières semaines avant la mise bas, l'ingestion estimée doit être réduite de 20 %.


Chez la chèvre laitière, la production quotidienne de lait équivaut à 9 ou 10% de son poids, pour maintenir cette production, la chèvre doit manger l’équivalent de 5 à 7 % de son poids chaque jour.


Pour obtenir une ingestion optimale,
il faut egalement tenir compte d'une particularité de la chèvre: son comportement alimentaire gourmand.
La chèvre préfère les feuilles aux tiges et parmi les tiges, elle choisit celles qui ont la teneur en cellulose brute la moins élevée. Par conséquent, les teneurs en énergie et en protéines des aliments qu'elle ingère s'élèvent – selon la ration et les restes d'aliment admis – de 5 à 20% au-dessus de la teneur de la ration distribuée. Ainsi, la quantité de lait effectivement produite
est plus élevée que celle calculée. Ceci n'est cependant valable que si l'on admet que la chèvre laisse des restes d'aliments.

D'autre part il faut:
-Distribuer du fourrage de
bonne qualité
- Distribuer d'abord le fourrage puis les concentrés
-Distribuer l'aliment concentré sous forme fractionnée
(env. 200-300 g par repas)
-Mettre le fourrage à disposition 24h/24
- Modifier la ration progressivement

Il ne faut pas oublier de mettre suffisamment d'eau à disposition des animaux.
En principe, une chèvre boit 3,5 litres d'eau par kg de matière sèche consommée
(eau contenue dans l'aliment et eau bue à l'abreuvoir). L'eau bue dans les abreuvoirs dépend principalement de la teneur en matière sèche de la ration. L'eau consommée avec une ration de foin est donc sensiblement plus élevée que celle consommée avec de l'herbe.

L'alimentation de la chèvre vise à obtenir une production optimale de lait. Il faut donc adapter l'alimentation à son cycle de production (gestation, lactation) qui se termine par le tarissement. De cette façon, on comble adéquatement ses besoins nutritionnels et on évite l’épuisement de ses réserves corporelles en début de lactation:
Le cycle de production de la chèvre peut être divisé en trois phases:
-mise bas jusqu'à la fin du 2ème mois de lactation:
Besoin élevé en nutriments; la chèvre mobilise ses réserves corporelles et perd du poids (env. 1.0 à 0.5kg par semaine); distribuer du fourrage
de bonne qualité, celui-ci favorise
l'ingestion et l'apport en nutriments; selon l'état corporel, la production laitière et la qualité du fourrage, compléter la ration avec un concentré;
augmenter progressivement le concentré (env. plus 200g/jour); accepter des restes.

- 3ème mois de lactation jusqu'à la fin
du 3ème mois de gestation:
En raison de la baisse de la production laitière, les besoins en nutriments et
en minéraux diminuent; ingestion
normale d'aliments; temps pour
reconstituer les réserves corporelles mobilisées au début de la lactation

La préparation de la chèvre pour sa prochaine lactation débute dès le tarissement. Il est alors impératif de surveiller régulièrement son état de chair. Il est préférable que la chèvre air reconstitué la majeure partie de ses réserves corporelles avant le tarissement, car elle accumule des réserves énergétiques plus efficacement en fin de lactation qu’en début de tarissement.

-4ème mois et 5ème mois de gestation:
Besoin accru en nutriments dû à
la croissance des foetus; baisse de
la consommation de 20%, importance
de distribuer des fourrages
de bonne qualité. Selon la qualité des fourrages et l'état corporel,
à partir de la 6ème semaine avant
la mise bas, distribuer 200 à 600g de céréales par jour; en cas d'apport énergétique insuffisant, risque de toxémie de gestation.
À ce moment, la chèvre reçoit environ 1% de son poids vif en moulée. Cette façon de procéder prépare le système digestif de la chèvre à recevoir de grandes quantités de moulée après le chevretage afin de soutenir une forte production laitière.
Il est recommandé de diminuer les apports en calcium pendant les trois derniers mois de gestation afin de prévenir les risques de fièvre vitulaire après la mise bas.

lien




25/12/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres