l\'As de Bique

l\'As de Bique

les parasites externes:



Les parasites externes:


Les parasites externes visibles ou invisibles, s'attaquent à l'épiderme des chèvres, aussi bien en plein air que dans un batiment. Les tiques, par exemple, se fixent sur la peau pour sucer le sang et leur piqures peuvent inoculer des maladies gravess comme la piroplasmose. Les poux et les puces prélèvent leur part, provoquant des démangeaisons pénibles. Les gales, outyre une irritation épidermique, crezusent des galeries dans la peau occasionnant des abcès de petite taille, a l'origine d'infections plus graves.

Les Acariens:
Gale:
est une maladie dont les conditions favorables sont malpropreté, le mauvais état physique le mauvais entretien. L'argent responsable est un acarien appelé scabeï. Symptômes : caractérisés par un prurit intense des lésions de grattage, des croûtes jaunâtres et des dépilations en plaques irrégulières. Les lésions contagieuses peuvent être généralisées, ou localisées à la tête, aux oreilles, au bout du nez etc.

-La gale sarcoptique : elle est due à la variété caprine de Sarcoptes scabiei un petit acarien invisible à l'oeil nu. Ce parasite creuse des galeries dans la couche superficielle de la peau dans lesquelles la femelle fécondée dépose ses oeufs et ses matières fécales. L'affection induite est très contagieuse et se réalise par contact direct. Elle est donc favorisée par les rassemblements d'animaux, en hiver par exemple. La résistance de l'acarien dans l'environnement est faible et, en cas d'atteinte, un vide sanitaire de 10 jours est suffisant. En France, la gale sarcoptique caprine est une affection rare mais potentiellement très grave. Chez cette espèce domestique, elle débute généralement au niveau de la tête et du cou puis se généralise rapidement. On observe une intense hyperkératose c'est-à-dire la formation de grosses croûtes très épaisses et adhérentes. En l'absence de traitement, l'animal peut mourir. Le diagnostic est clinique d'une part (aspect et localisation des lésions) et étiologique d'autre part (observation microscopique de l'acarien ou de ses oeufs dans le produit d'un raclage cutané). Le traitement repose sur l'emploi de produits systémiques comme l'ivermectine ou ses dérivés (doramectine, moxidectine, éprinomectine) utilisés à la posologie de 0,2 mg/kg par voie sous-cutanée.

-La gale chorioptique : elle due à un autre acarien parasite appelé Chorioptes bovis ; il est également difficile à observer à l'oeil nu. Contrairement au sarcopte, il vit à la surface de la peau où il se nourrit de squames et débris cutanés. C'est aussi une maladie liée au rassemblement d'animaux. Elle est très fréquente, mais a souvent un caractère bénin. On note de petites croûtes sur le bas des membres, en particulier au niveau des onglons accessoires. Parfois la mamelle ou le scrotum sont touchés, ce qui peut chez le mâle entraîner des troubles de la fertilité. Comme pour la gale sarcoptique, le diagnostic se base sur la localisation des lésions et l'identification de l'acarien au niveau de prélèvements cutanés. Du fait de la localisation superficielle du parasite, l'ivermectine et ses dérivés ne sont pas recommandés. Il faut utiliser une solution acaricide sous forme de pulvérisations répétées.

-La gale psoroptique : c'est une affection fréquente due à la prolifération de Psoroptes cuniculi qui est le plus grand des agents de gale chez la chèvre (0,7 mm ce qui le rend visible pour un observateur attentif). Il se nourrit essentiellement de sang. L'atteinte se limite à l'oreille en particulier le conduit auditif externe. Il se forme un cérumen épais, foncé et malodorant accompagné de démangeaisons plus ou moins marquées. Il peut en résulter des blessures de l'oreille et la formation éventuelle d 'hématomes. En général l'état général est peu affecté. L'examen de l'intérieur de l'oreille (examen otoscopique) permet de visualiser les parasites ; on peut également récolter du cérumen et l'examiner sous le microscope. Le traitement repose sur le nettoyage de l'oreille puis l'administration d'ivermectine ou d'un de ses dérivés à la posologie de 0,2 mg /kg.

Traitement : Ramollissement des croûtes à l'huile, à la vaseline puis friction vigoureuse à la brosse bain au procigam, Taktic, Tigal application huile rouge 2 paries + pétrole 1 partie + sel.

Tiques:
-Ixodes ricinus, Dermacentor marginatus, Rhipicephalus bursa: du printemps a l'automne

Autres acariens:
-Demodex caprae: rare.


Insectes:
Poux:
On retrouve en principe deux espèces différentes de poux chez les caprins :
-Damalinia caprae (un pou broyeur beige clair et très mobile qui se nourrit de débris cutanés) et Linognathus stenopsis (un pou piqueur, brun foncé, peu mobile qui se nourrit de sang). En pratique, la première espèce est la plus fréquente. De par leur taille, les poux sont facilement observables à l'oeil nu. Les atteintes par les poux sont très fréquentes en hiver ; néanmoins les poux survivent très peu de temps en dehors de leur hôte et un vide sanitaire n'est pas nécessaire.
Le pou broyeur est responsable de fortes démangeaisons et de large perte de poil dues au grattage. En cas d'atteinte par le pou piqueur (rare), les chevreaux peuvent présenter de l'anémie. Les poux piqueurs répondent bien à une injection d'ivermectine ou d'un autre dérivé de la famille. Par contre, les poux broyeurs nécessitent l'application répétée (deux fois à 7 jours d'intervalle) de produits insecticides sous forme de bains ou de pulvérisations.
Notons que Melophagus ovinus ou faux pou du mouton s'observe occasionnellement chez la chèvre. Ce gros parasite peu mobile (environ 1 cm) se nourrit de sang. Sa présence indique des contacts fréquents avec le mouton, son hôte de prédilection.

Traitement : Procigam, Taktic, Butox, Hexipra etc.

Agents de myiases:
-Lucilia sericata, et Wohlfartia magnifica:rare, se rencontre surtout au printemps et en été.

Melophagus ovinus:
irritation anémie

Puces:
-Ctenocephalides felis:anémie prurite

Traitement : Procigam, Taktic, Butox, Hexipra etc.





Teignes :

Maladies contagieuses bénignes se manifestant par des dépilations en plaques circulaires. Cette maladie déprécie le cuir. Les plaques peuvent guérir spontanément au bout de 3 à 4 semaines. Traitement : Glycérine iodée (glycérine 75%) ( Teinture d'iode 25%) Huile rouge 2 à 3 paries + pétrole 1 partie + un peu de sel. Ce traitement est aussi applicable pour la gale.





20/12/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres