l\'As de Bique

l\'As de Bique

listeriose

La listeriose:

La Listériose est une maladie infectieuse due au microbe Listeria monocytogenesqui affecte l'homme et de nombreux animaux (ruminants, oiseaux, lapins,...). Bien qu'elle soit parfois une zoonose (maladie qui se transmet de l'homme à l'animal et inversement), la listériose est avant tout causée par l'ingestion d'aliments contaminés par de la terre ou des salissures fécales et mal conservés par la suite. Elle se manifeste alors sous forme d'anadémie: plusieurs individus sont malades après s'être contaminés auprès d'une même source du microbe.

C'est un germe tellurique qui peut survivre et même se multiplier dans le sol, les eaux, les fourrages,
l'ensilage, dans des limites de pH et de température très variables.

La transmission de cette maladie se fait essentiellement par l'alimentation.

Une expression clinique variable
Des septicémies:
Il s'agit d'une expression qui se caractérise par une forte fièvre, une réduction de l'appétit et de la
production. Elle peut être de courte durée et passer totalement inaperçue. Toutefois c'est une période
au cours de laquelle on assiste souvent à une forte excrétion de germes tant dans les fèces que dans
le lait. Dans les cas graves, cette première étape peut évoluer vers des expressions plus graves telles
que des avortements ou des méningo-encéphalites.
Des avortements:
C'est une complication classique de la septicémie. Quelques jours après le début de la phase
septicémique, la femelle gestante avorte, et ceci quelque soit le stade de gestation. Quand cette
complication survient dans les derniers jours de la gestation, les jeunes chevreaux peuvent naître
vivants, mais ils sont rapidement contaminés par le lait de leur mére et succombent le plus souvent à
leur tour de sépticémie.
Des méningo encéphalites:
C'est de loin l'expression clinique la plus fréquemment rencontrée chez les caprins. La maladie
commence par une phase de fièvre et d'abattement, et évolue rapidement vers la phase caractérisée
par l'apparition et l'aggravation rapide de symptômes nerveux graves tels que la paralysie des
muscles de la face, des incoordinations motrices ou des tremblements. Il existe également une
méningo-encéphalite qui se manifeste sous forme d'une paralysie d'évolution lente progressivement
vers le coma et la mort. Ces troubles sont provoqués par la présence de micro-abcès localisés au sein
même du tissu nerveux. Le traitement est certes possible, mais il s'avère souvent décevant. Son
efficacité dépent largement de la précocité de l'intervention, mais les guérisons sont rares et souvent
transitoires. Il mérite également d'être souligné qu'au cours de ces méningo-encéphalites, l'excrétion
dans le lait est relativement rare et que l'infection semble limitée à l'encéphale et à la moelle épinière.

Maîtriser le risque
En l'absence de moyens de prophylaxie efficace et compte tenu du caractère des plus aléatoires des
traitements, il convient de tout mettre en oeuvre pour maitrîser le risque d'apparition de la maladie.
Pour ce faire, il faut à travers des mesures d'hygiène rigoureuses maintenir une contamination de
l'environnement à des niveaux aussi bas que possible. Cela passe par une propreté aussi grande que
possible des locaux d'élevage mais aussi des abreuvoirs, des auges, des litières et des aliments. Il
faut aussi, grâce à des équilibres alimentaires respectés, maintenir les animaux dans des conditions
physiologiques satisfaisantes leur permettant d'assurer leur propre défense face à ces germes qui se
conduisent comme de véritables opportunistes.

Modes de transmission 

Direct 

Essentiellement par voie hématogène (listériose congénitale). Chez l'homme, la transmission de la mère au fœtus peut se faire par voie digestive ou respiratoire (infection amniotique, aspiration de germes situés dans le col ou le vagin). Une transmission par contact est possible (contamination d'un fermier au cours d'un vélage). Cependant la listériose cutanée est rare.

Indirect 

Par l'intermédiaire d'un vecteur inanimé comme les produits d'origine animale : il s'agit alors d'une contamination par voie digestive à l'origine de cas sporadiques ou épidémiques chez l'homme (épidémie de 1992 en France). Une transmission par voie respiratoire est envisageable mais reste rare ; ainsi, les paysans travaillant dans les bergeries où l'atmosphère est confinée et où un nettoyage régulier n'est pas effectué peuvent contracter la listériose. La contamination par des tiques porteuses de Listeria est possible mais rare.



traitement:
En élevage aviaire on utilise en général les cyclines. En cas de formes plus sévères on peut utiliser des associations bêta-lactames-aminosides à des doses supérieures aux doses habituelles (germe intracellulaire). Chez les ovins on utilise couramment tétracycline, ampicilline, gentamicine associés à un corticostéroïde et à de la vitamine B (pour favoriser la protection des cellules nerveuses). La guérison est possible mais elle peut être incomplète du fait des lésions du système nerveux (cécité permanente, myélite...).

lien



Les troubles nerveux encéphalitiques
La chèvre affaiblie par une acidose est plus sensible a l'apparition de la nécrose du cortex cérébral et à la
listériose.
L'alcalose peut aussi provoquer des troubles nerveux par excès d'ammoniac dans le sang.
Les symptômes de la nécrose du cortex et de la listériose prêtent à les confondre : tremblement, trouble
de la vision, démarche titubante, en rond, paralysie faciale partielle ...
La nécrose du cortex résulte de la carence en vitamine B1 provoquée par une toxine bactérienne (la
thiaminase) dans le rumen.
La listériose est due au germe listéria, présent dans la terre, l'eau, les aliments souillés de terre et notamment
les ensilages.
Le traitement précoce à l'ampicilline associé à l'apport de vitamine B1 peut enrayer l'évolution de ces
maladies.


30/11/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres