l\'As de Bique

l\'As de Bique

Plusieurs races : des variations importantes de la qualité et de la quantité de lait produite.

Plusieurs races : des variations importantes de la qualité et
de la quantité de lait produite.
En France, il existe trois races principales de chèvres laitières : l’Alpine, la
Saanen et la Poitevine, bien que cette dernière soit bien moins représentée. En
réalité, il existe bien plus de chèvres croisées que de Poitevines. Nous allons décrire
ici les caractères communs (morphologie et aptitudes d’élevage et de production) qui
servent à la définition de ces race, par ordre décroissant en terme d’effectifs.
L’Alpine.
Comme son nom l’indique cette chèvre est originaire des Alpes. La femelle
mesure 70 à 80 centimètres (cm) au garrot pour 50 à 70 kg tandis que le bouc
mesure 90 cm à 1 mètre pour 80 à 100 kg. La robe la plus répandue est la
« chamoisée », avec pattes et raie dorsale noires . La tête est cornue, avec
ou sans barbiches. Le port des oreilles est dressé, le front et le mufle sont larges et
le profil de la tête est concave. La mamelle est volumineuse, souple, avec de bonnes
attaches avant et arrière [De Simiane, 1995].
C’est la race la plus représentée et on la retrouve sur tout le territoire. Ceci
s’explique par ses qualités de laitière, qui intéressent les éleveurs depuis les années
1910-1920. Elle supporte bien les différentes formes d’élevage, en stabulation, en
semi-plein air ou carrément en plein air [Babo, 2000]. D’ailleurs, les résultats de
l’institut de l’élevage concernant la campagne 2002/2003 nous montrent
que les chiffres de l’Alpine sont légèrement au-dessus des chiffres nationaux moyens
[Institut de l’élevage, 2003b]. La quantité de lait produite par chèvre est
de 752 kg en moyenne, sur une période de 268 jours, et peut atteindre assez
fréquemment 1000 kg. Le TP moyen est de 31,8 g/kg et le TB de 35,7 g/kg.
Par son effectif, on attribue à l’Alpine une grande variété de fromages dont le
Valençay et le Chabichou sont les plus connus [Babo, 2000].
Résultats du contrôle laitier 2002/2003 pour la population alpine.
d’après l’Institut de l’Elevage, 2003b.

-Durée : 268 jours
-Production laitière : 752 kg
-Matière protéique : 23 kg
-Taux protéique : 31,8 g/kg
-Matière grasse : 26 kg
-Taux butyreux : 35,7 g/kg
La Saanen.
Originaire de la vallée de Saane en Suisse, sa zone d’élevage principale est le
sud-est. C’est une chèvre robuste, possédant une bonne charpente osseuse. La
femelle pèse de 50 à 90 kg pour 70 à 85 cm et le mâle pèse 80 à 120 kg pour 90 cm
à 1 m. Sa robe est uniformément blanche, le poil ras. La tête, avec ou
cornes, avec ou sans barbiches, comporte un front large et plat. Le mufle est large lui
aussi. Les oreilles sont portées à l’horizontale ou légèrement dressées. La mamelle,
très large à sa partie supérieure, est globuleuse [De Simiane, 1995].
C’est la seconde race la plus représentée en France. Elle fut importée
massivement seulement depuis les années 1960. C’est une race rustique, réputée
docile et solide. Elle s’adapte à tout type d’élevage, intensif si nécessaire. De plus les
chevrettes sont précoces et elles donnent souvent deux chevreaux par an. C’est
pourquoi elle a aussi séduit beaucoup de chevriers [Babo, 2000]. Par contre, son lait
est un peu moins riche que celui de l’Alpine. Ainsi, en se référant toujours à la
campagne 2002/2003, la Saanen produit 757 kg de lait pour une lactation
de 268 jours en moyenne, [Institut de l’élevage, 2003b] son TP est de 30,6 g/kg, et
son TB de 33,6 g/kg. La Saanen se situe donc légèrement en dessous de la
moyenne nationale en ce qui concerne les matières utiles.
Le lait pour le fromage est le premier débouché de la Saanen. Mais
contrairement à l’Alpine, les chevreaux sont bien mieux valorisés pour leur chair et
leur peau. C’est ce qui fait que cette race est sûrement la plus rentable de toutes
[Babo, 2000].
Résultats du contrôle laitier 2002/2003 pour la population saanen.
d’après l’Institut de l’Elevage, 2003b.
-Durée : 268 jours
-Production laitière : 757 kg
-Matière protéique : 23,1 kg
-Taux protéique : 30,6 g/kg
-Matière grasse : 25,4 kg
-Taux butyreux : 33,6 g/kg

 Les races « croisées ».
C’est le troisième effectif français. On les appelle aussi des chèvres communes.
Il s’agit d’une population très hétérogène qui comprend des animaux de différentes
tailles présentant des robes très diverses. On remarque malgré tout une
prédominance d’animaux à poils longs. Ces chèvres ont la réputation d’être rustiques
et bien adaptées à leur milieu, quel qu’il soit [De Simiane, 1995]. Les aptitudes de
production sont bien sûr très variables mais on possède tout de même quelques
résultats moyens sur 11101 lactations : 701 kg de lait produits, un TP de
30,9 g/kg et un TB de 35,1 g/kg. Ici nous pouvons noter une différence assez
importante dans la quantité de lait produite : 701 kg au lieu de 751 kg de moyenne
nationale soit 50 kg de mois par chèvre. Par contre, les TP et TB sont dans la
moyenne nationale. Ces chèvres pêchent donc par la quantité mais pas par la
qualité.
 
Résultats du contrôle laitier 2002/2003 pour la population croisée.
d’après l’Institut de l’Elevage, 2003b.
-Durée : 260 jours
-Production laitière : 701 kg
-Matière protéique : 21 kg
-Taux protéique : 30,9 g/kg
-Matière grasse : 24 kg
-Taux butyreux : 35,1 g/kg
La poitevine.
C’est la plus connue des races locales françaises. Son berceau d’origine est la
Sèvre niortaise mais on la trouve essentiellement dans le Poitou. C’est une chèvre
de format moyen et d’aspect longiligne. La femelle mesure 65 à 75 cm et pèse 40 à
65 kg. Le mâle mesure 65 à 85 cm et pèse 55 à 75 kg. Sa robe est plus ou moins
brune, allant jusqu’au noir avec les extrémités des pattes, le dessous de la queue et
le ventre blancs. Les poils sont courts sur la tête et l’encolure mais ils sont
longs sur le dos et les cuisses. La tête est triangulaire, avec ou sans cornes, avec ou
sans barbiches. La face est noire avec deux raies blanches sur le chanfrein [De
Simiane, 1995].
Elle n’est plus qu’au quatrième rang français en terme d’effectifs alors qu’elle
était fortement présente au début du siècle. Mais une épidémie de fièvre aphteuse
en 1920 a failli avoir raison de la race entière et elle fait partie d’un programme de
conservation génétique depuis 1991. C’est une race rustique, précoce et prolifique.
Elle valorise aisément les pâturages et les fourrages grossiers des régions de plaine.
L’institut de l’élevage nous donne des résultats sur 366 lactations seulement,
c’est dire le faible effectif qu’il reste : Pour une lactation d’environ 262
jours, la production moyenne est de 524 kg de lait avec un TP de 30,9 g/kg et un TB
de 35,8 g/kg. Ici la production est nettement inférieure d’un point de vue quantitatif
mais le lait est de bonne qualité avec des valeurs légèrement supérieures à la
moyenne nationale.
L’unique débouché pour cette race locale est le fromage. Les références
régionales ne manquent pas : Chèvre long, Clochette, Saint-Héray…[Babo, 2000].
Résultats du contrôle laitier 2002/2003 pour la population poitevine.
d’après l’Institut de l’Elevage, 2003b.
-Durée 262 : jours
-Production laitière : 524 kg
-Matière protéique : 16 kg
-Taux protéique : 30,9 g/kg
-Matière grasse : 18 kg
-Taux butyreux : 35,8 g/kg
En conclusion sur les races, les effectifs sont tels quels pour des raisons
essentiellement historiques. Car les aptitudes laitières semblent comparables d’une
race à l’autre. On peut quand même dire que la Saanen présente l’avantage de
mieux valoriser ses chevreaux sur le marché. On attribue des fromages à une race
car la répartition géographique des races se superpose à celle des productions. Mais
il n’y a pas de race plus apte à fabriquer un fromage en particulier.
Les chiffres exposés ne sont que des moyennes au sein de diverses
populations en prenant comme critère la race, mais il existe aussi de grandes
différences entre individus, même de race identique. Ces différences proviennent de
facteurs extrinsèques imputables à la conduite d’élevage. C’est ce que nous allons
détailler maintenant.


 


13/08/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres